Déclaration des revenus fonciers : que peut-on déduire ?

Comme tout citoyen soumis à une obligation fiscale précise, les propriétaires de bâtiments ou d’immeubles doivent s’acquitter annuellement des impôts correspondants au statut de leurs activités. Ils doivent déclarer systématiquement les revenus fonciers issus de la location de logements au fisc. Mais en termes de revenu foncier impôt, ils peuvent bénéficier d’une déduction fiscale en fonction de la nature des charges qu’ils ont engagées durant l’année. Voici une liste succincte de ces différents frais que le fisc peut effectivement libérer contre preuves.

Les charges générales

Avant de devenir propriétaire attitré d’un bien immobilier, l’investisseur peut avoir procédé à différentes opérations ayant engrangé des frais pour parvenir à son but. Les frais de l’agence immobilière, les intérêts d’emprunts, les polices d’assurance ou encore les honoraires d’un notaire constituent des charges déductibles. Le montant total de ces charges sera alors déduit du revenu foncier impôt au moment de la déclaration. Cette situation concerne également les dépenses effectuées pour le compte des locataires, mais qui restent définitivement à la charge du propriétaire. Les responsabilités qualifiées d’activités courantes comme l’entretien, réparation et amélioration, mais aussi les engagements financiers dont le propriétaire n’a pas pu obtenir le remboursement de la part du locataire en font également partie.

Les frais de gestion

Cette section renferme un grand nombre de charges pesant sur un propriétaire qui a mis son immeuble à la location. Heureusement, bon nombre de ces obligations peuvent bénéficier d’une déduction fiscale, lorsque le moment de déclarer son revenu foncier impôt arrivera. Les frais de gestion déductibles concernent en premier lieu tout ce qui touche au fonctionnement quotidien, comme la rémunération des responsables des locaux (concierges ou agents de sécurité). Les frais de gérance ou les charges de copropriété peuvent également être déductibles. Enfin, les frais de procédure en cas de recours à un avocat, huissier ou autre expert en cas de litige peuvent également bénéficier de cette possibilité de déduction fiscale.

Les travaux

Cette partie constitue l’une des plus importantes sources de déduction fiscale dont un propriétaire immobilier peut bénéficier. Son revenu foncier impôt pourra être libéré de tous les montants de travaux effectués pour l’entretien et la réparation. Le principe est d’autant plus valable si ceux-ci ont été entrepris avant la mise en location, ou que le locataire n’a pas pu les prendre en charge pour diverses raisons. Il en est de même pour les travaux d’amélioration, qui consistent à rajouter de nouveaux équipements pour plus de bien-être.

La loi Pinel relancera-t-elle la construction de logements neufs ?
Quelle loi de défiscalisation immobilière est faite pour vous ?